top of page


L'Essence de l'Emerveillement

      Ce que j’ai découvert lors du premier confinement, m’a véritablement bouleversé. Je suis émerveillé, depuis que je suis enfant, par la nature qui m’entoure sans jamais me lasser de la regarder. Cela a toujours été pour moi une source d’inspiration. J’ai très tôt été fasciné par l’émotion que l’on ressent devant l’immensité, comme lorsque vous êtes en haut d’une montagne dominant une vallée. L’infiniment grand qui vous dépasse, qui crée les rêves de conquêtes d’enfants puis d’adultes.

 

      J’ai des souvenirs marquants de cette émotion en moi comme celui de l’ascension de La Roche Faurio dans le massif des Ecrins, celui de l’immensité du Serengeti, la « plaine sans fin » sur le toit d’un 4x4 ou encore celui d’une halte, sur un haut plateau de la région de Salta, en Argentine, à près de 4 800 m d’altitude, sur une piste toute droite sur plusieurs dizaines de kilomètres, entourée de cactus géants.

 

      Puis, en mars dernier, est arrivé ce confinement. Nous étions à la campagne, près de Paris. Et là, j’ai eu comme une révélation. Ce que j’avais ressenti notamment lors de ces trois expériences, était là, juste à portée de ma main, juste à côté de moi. Il n’était pas nécessaire d’aller au bout du monde pour ressentir ces mêmes émotions, ce même émerveillement. En passant de cet infiniment grand à l’infiniment petit, avec la photo macro. Cela m’a permis d’explorer tout un univers auquel l’oeil ne porte pas attention. Il est si facile à trouver et en même temps caché. Une esthétique de formes folles, parfois presque parfaites, de couleurs improbables et fascinantes, une beauté insoupçonnée. Et surtout, une richesse de décors qui change à chaque centimètre, où le temps joue son oeuvre, et engendre un changement presque à chaque seconde.

      Observer la rosée givrée par une nuit froide et qui petit à petit fond, transpercée par les premiers rayons du matin, pour laisser la place à une goutte d’eau dans laquelle se reflète tout l’univers qui l’entoure. Elle roule doucement mais surement jusqu’au bout du brin d’herbe qui la porte, jouant l’équilibriste. Elle finit par tomber sur un parterre de mousse, qui ressemble dans cet univers à une forêt de fougères arbustives à perte de vue.

      Voir se transformer une herbe sortant du fond de la terre, grandissant chaque jour pour finalement se transformer petit à petit en une magnifique anémone qui de près ressemble à une planète entourée de ses lunes satellites, ou encore un simple pissenlit dans les étamines décrivent presque à la perfection par leurs formes ce qu’est la grâce. Et toutes ces merveilles sont façonnées par le temps, heure après heure, jour après jour dans le cycle de vie. C’est ce que j’ai voulu transmettre à travers ce livre, comme le déroulement d’une journée, de l’aube au crépuscule pour vous entraîner dans ce mouvement si inspirant de vie, qui m’a poussé et me pousse chaque jour un peu plus vers une réflexion intérieure profonde, un vrai voyage spirituel.

      S’émerveiller de la nature me fait toucher du doigt les mystères de la vie. Se reconnecter à ce qui m’entoure pour en redécouvrir spontanément, simplement la richesse en procurant une vraie joie. Comme un réveil à la vie en plénitude et une réconciliation.

056 - Velours perlé.JPG


L'eau


Photos par thème
 

051 - Multitude.jpg


Les fleurs

061 - Invisible pour les yeux.JPG


Cieux et 
Paysages

010 - Ecailles givrées.jpg


     La glace et
Le givre

bottom of page